Steadicam Tales : le point de vue subjectif de Garrett Brown sur "Wolfen"

 28 juillet 2022

Garrett Brown (à gauche) Albert Finney (au centre), Diane Venora (à droite de Finney), le réalisateur Michael Wadleigh (de face) dans le Bronx sur le tournage de 'Wolfen' (1981).

C'était en 1981 et un Garrett Brown agile traquait rapidement les humains avec sa plate-forme Steadicam en mode loup, à travers Battery Park et sautant à travers les décombres à Seabury Place & East 172nd Street dans le Bronx, NY—créer la vision de Wolfenle personnage principal invisible.

Le langage des mouvements de caméra évoluait au cours des premières années de Steadicam et certains d'entre eux ont été intégrés au vocabulaire cinéphile à la suite de Wolfen.

 

Le point de vue subjectif (ou point de vue du monstre)

Ce n'était pas la première fois que le créateur de Steadicam décrivait ce point de vue, Garrett Brown explique "Dans tous les premiers films, j'ai fait des points de vue ici et là, comme une coupure à la couverture d'un acteur."

Mais Wolfen était un animal différent. "J'étais le point de vue des Wolfens eux-mêmes, qui étaient des loups surnaturellement grands, puissants et assoiffés de sang qui ont réussi à vivre à Manhattan. C'était un concept vraiment amusant", se souvient Garrett Brown. Parce que le Steadicam dépeindrait la personnalité des "monstres", il y avait des choses qui devaient être résolues. "Nous avons tous convenu que, par nature, ces créatures étaient incroyablement rapides. Afin de faire valoir leur point de vue, j'étais en mode bas pendant toute la durée. Le réalisateur du film, Michael Wadleigh, et moi avons testé le schéma optique pour leur point de vue. dans un ancien cimetière colonial avec des centaines d'anciennes pierres tombales en décomposition." Wadleigh avait un manteau fait comme un tableau de puces gonflé à la taille du haut de son corps pour informer l'effort de laboratoire. Brown se souvient "sautant de pierre tombale en pierre tombale alors que nous nous poursuivions. Le verger de cette église est sorti pour découvrir un homme avec une machine à coudre flottante - moi - poursuivant un homme avec un étrange manteau de plusieurs couleurs."

"Il y a des trucs merveilleux dans ce film. C'était fantastique de travailler avec Albert Finney. J'ai fait beaucoup de plans de type production en marchant dans l'endroit avec eux ainsi que le point de vue des loups." 

-Garrett Brown

 Une fois l'antagoniste établi, ils ont tourné des scènes dans toute la ville de New York. "Nous avons eu des trucs merveilleux à Battery Park, y compris l'une des scènes les plus froides de l'hiver le plus froid dont chacun d'entre nous puisse se souvenir, dit Brown. "Les gens qui étaient sur Wolfen parler avec un frisson de cette époque parce qu'aucun de nous n'avait jamais eu plus froid." Ses moteurs d'objectif ont refusé de faire la mise au point à moins d'être incinérés par une lumière 1k "blonde", mais la caméra ARRI a continué à ronfler, alors ils ont emboîté le pas.

 "J'avançais à toute vitesse, à 12 images par seconde, nous devions donc nous assurer que tout le reste en arrière-plan était à moitié vitesse, comme les voitures qui passaient, etc. vue - bas, rapide, sautant par-dessus des trucs. Je tendais la main aussi loin que je pouvais, d'une main, et vacillais sur des tas de gravats, puis filais le long d'une clôture avec des palissades en fer, puis m'arrêtais pour regarder un chauffeur.

Parallèlement aux mouvements habiles de Garrett Brown, la production a davantage identifié la vision de Wolfen pour le spectateur. "C'était le jour pour la nuit", explique-t-il, "mais ils ont solarisé la prise de vue de sorte que le ciel est devenu noir et a transformé tout ce qui était vraiment brillant en quelque chose de vraiment noir et l'a traité à fond. C'est donc ce que les loups auraient vu. D'accord ?"

Gauche : Le tournage de « Wolfen » sur Seabury & E 172nd St dans le Bronx en 1981. Droite : Seabury & E 172nd Street en 2022.

Ils ont tourné pendant des semaines dans le Bronx profitant de son état dégradé de l'époque. Parmi les tas de gravats des bâtiments démolis, la production a construit un décor d'une église abandonnée. "C'était l'un des décors les plus beaux et les plus intéressants que j'aie jamais vus", déclare Garrett Brown. "Complet à l'intérieur et à l'extérieur, il comprenait un clocher qui y était érigé comme si la moitié du toit s'était effondré. Le verre avait disparu et il était plein de gravats. Ensuite, Controlled Demolition a fait exploser un ancien immeuble de bureaux et l'a laissé tomber juste au-delà. église en arrière-plan." Il a été pris sur plusieurs caméras, y compris la Steadicam que Garrett Brown décrit comme "une inclinaison complète, un point de vue courant, un loup courant à travers des décombres nouvellement fabriqués".

Wolfen, avec Albert Finney, Diane Venora et Gregory Hines, est sorti en salles aux États-Unis par Orian Pictures via Warner Bros. le 24 juillet 1981. Aujourd'hui, il peut être vu sur Apple TV, Prime Video, Vudu Movie & TV Store. Toujours fascinant pour les amateurs de films d'horreur, il y a encore aujourd'hui un nouveau documentaire en production sur le making-of de Wolfen.

RETOUR AU SOMMET
×
Bienvenue aux nouveaux arrivants